Culturel et Historique

Le patrimoine culturel et historique

Les traces de la culture matérielle et spirituelle à travers les événements historiques se passant au territoire de la Macédoine dans la période préhistorique, l’antiquité, la période romaine, le Moyen Age et le nouveau siècle. Aujourd'hui, La République de Macédoine a des valeurs matérielles, spirituelles et culturelles se manifestant a travers beaucoup de monuments culturels et historiques, des éléments ethnographiques, des agglomérations, des musées, des galeries, des valeurs des manifestations gastronomiques et touristiques.

Des traces de l’existence humaine de plus de 8000 d’années

Les premières traces de l’activité humaine au territoire  de la Macédoine proviennent de l’époque de pierre- le paleolite. Les vrais débuts de la préhistoire commencent vers 6000 av J.C. par les premières règlements au bord de Sredna Bregalnica et Ovce Pole, au bord de Vardar et a Pelagonija. Tout au long l’histoire, la Macédoine remarque un développement  important au niveau de la civilisation dans la culture matérielle  et spirituelle. 

 

 

 

 

Des localités archéologiques

En Macédoine, il y a plus de 4500 sites archéologiques. Une importance particulière  est donnée aux site de Skupi et Skopsko Kale pres de Skopje, puis Trebenista, St, Erazmo, la Forteresse  d’Ohrid et la basilique du début du Christianisme du village Oktisi dans la region d’Ohrid et Struga, Herakleja Linkestis et Markovi Kuli a Pelagonija, Stobi près de Gradsko, Isar et Bargala près de Stip, La Forteresse  de Strumica, La Forteresse  de Vinica, Morodvis près de Kochani, Marvinci et Gevgeliski Rid dans la région de Gevgelija et Valandovo etc.

Des Forteresses, des tours et des ponts

En Macédoine il y a beaucoup  de forteresses, des tours et des ponts étant des témoins de la vie et la culture de ces régions. Il faudrait mentionner la Forteresse de Samuel se trouvant a Ohrid, Markovi Kuli près de Prilep, Carevi Kuli pres de Strumica, Kamen Most (le pont de pierre) et la Forteresse de Skopje, les tours médiévales et les ponts de Kratovo. 

 

 

Des églises et des monastères

Sur le sol macédonien, là où l’apôtre Pavle, Sts Cyril  et Méthode et leurs successeurs travaillaient  sur l’élargissement du Christianisme, il y a beaucoup  d’églises et monastères, construits dans les périodes différentes. En Macédoine, il y a plus de 2000 églises et monastères. La plupart d’eux, et surtout ceux qui ont été construits de XI au XVI siècle, sont complètement  sauvegardés. Il faudrait mentionner particulièrement  St Jovan Bigorski dans la vallée  de Radika, St Naum au bord du lac d’Ohrid, le monastère  Treskavec pres de Prilep, St Gavril Lesnovski au village de Lesnovo, St Joakim Osogovski près de Kriva  Palanka, le monastère  St Pantelejmon près de Skopje, les monasteres de Vodocha et Veljusa  près de Strumica  et beaucoup  d’autres.

La peinture des fresques

La Macédoine fait partie des pays ayant de belles fresques bien sauvegardées de la période du XI au XIV siècle. On a sauvegardé des fresques d’une surface de plus de milliers mètres carres dont la plupart sont en très bon état et représente un chef d’œuvre de l’école macédonienne  des fresques.

Les fragments les plus anciens du début du Christianisme sont sauvegardés dans la basilique d’épiscopes au site archéologique de Stobi. Les fresques de St Sofija , la cathédrale de l’archevêché  d’Ohrid , représente une fresque le mieux sauvegarde dans toute la Byzance de la période de XI siècle. Le développement  de l’art macédonien est le plus élevé au XIII siècle et au XIV siècle et les peintres des icones les plus connus sont Michail et Evtihij, qui ont inauguré des canons nouveaux. En 1295, quand ils ont commence par la peinture du temple d’Ohrid, dédié a la Sainte Mère c'est-à-dire en macédonien Presveta Bogorodica Perivlepta, une nouvelle période est introduite concernant l’art des peinture des fresques.

La surface des fresques dans l’église dédiée a Arhangel Michael au monastère  de Lesnovo date de 1347, et les fresques du XIV siècle ont devrait mentionner celles du monastère Markov manastir et dans l’église St Andrej se trouvant a Matka. Dans cette période-la, ces innovations et créativités ont été entourée  par les décorations et les icônes de Jovan et Makarie Frckoski.

Les fresques médiévales se caractérisent de la monumentalité  de la composition et des personnages avec des dessins pittoresques et une richesse de couleurs.

Dans les églises macédoniennes on continuait a créer des œuvres et dans les siècles suivants, y compris les fresques au monastère  St Jovan Bigorski et l’eglise  St Gjorgji du village de Rajcica.

Une partie des personnages peints par des artistes modernes est basée à la tradition byzantine.

 

L’architecture

Apres l’architecture antique, une activité  de construction  est aperçue dans la période byzantine  quand la construction  de l’église St Sofija à Carigrad a posé des critères pour une église orthodoxe. Dans le periode ottoman, l’influence dominante avait l’architecture de l’Islam. Les témoins de cette période sont beaucoup  de : bains turques, mosquée, arcades et centre ville. Les plus beaux sont les objets  du XIX et XX siècle. Kruchevo et Kratovo représentent des unités avec une architecture complètement  sauvegardée,  une grande partie de Bitola et Skopje et la vielle partie d’Ohrid.  

Au XX siècle la Macédoine suit les styles modernes de l’architecture mondiale. 

 

Des gravures

Des racines de cette branche artistique sont dans la période du début du Christianisme et des barrières pour les autels de l’église faites par les pierres au début, mais après, elles ont été remplacée par les bois.

L’iconostase du bois la plus ancienne se trouve dans l’église Mali Sveti Vraci a Ohrid dont les premiers cinq piliers sont sauvegardés. Les gravures  les plus anciennes chez nous datent du XIV siècle, développées sous l’influence byzantine. Les gravures médiévales  ressemblaient a la plastique décorative sur la pierre et s’est développée en même temps. Des ornements et des motifs géométriques, zoomorphes et floraux sont analogues avec celles des bareliefs du marbre de cette période-là.

Dorénavant le XIV siècle, la sculpture de relief sur la pierre n’attire plus de grand intérêt et elle est remplacée par les gravures  sur le bois qui prennent  une place importante dans le patrimoine artistique  riche de la Macédoine.

Pourtant, a cause de l’inflammabilité du bois, les objets de ce matériel ont été détruits facilement. Néanmoins,  ceux qui sont restées représentent de vrais témoins du niveau artistique  fort élevé. 

 

Des mosquées

En Macédoine, il y a 600 de mosquée  environ dont les plus connues sont celles de XV et XVI siècle. Les mosquée Jaja Pasha, Isa-beg, Mustafa-pasha et Sultan Murat se trouvent a Skopje, Sharena Dzamija a Tetovo, Isak Dzamija, Hajdar Kadi-pasha et Jeni Dzamija a Bitola, Charshi Dzamija a Prilep, saat Dzamija a Gostivar, Baba-tekje et Ali-pasha se trouvent a Ohrid. Elles sont presque toutes dans une forme carrée. Elles sont couvertes par des coupoles ou une construction de bois et c’est une  sorte d’école turque et ottomane. Elles sont construites de pierres et de briques mis en horizontal tandis que les façades semblent pittoresques. Les mosquée  ont été faite construire par les managers turcs et avaient des positions importantes dans les règlements. 

 

Promote your Service

Accomodation

Add up to 3 images.

Validation code:
Enter the code above here :

Can't read the image? click here to refresh.